Petit guide d’animation à distance

Après de nombreuses expérimentations, je vous propose ce petit guide pour vous aider à rendre vos ateliers ou formations à distance efficace et surtout agréable à tous.

ÉTAPE 1 : Créer un espace chaleureux

La distance rend les interactions potentiellement plus « froide » : moins de non verbal, une synchronisation plus difficile et plus la possibilité de discuter avec son voisin avant le démarrage pour créer du lien.

Il faut donc plus en faire en tant qu’animateur pour créer un cadre ou les participants vont se sentir à l’aise.

Préparer les participants à activer la vidéo

La vidéo permet une meilleure fluidité dans les échanges et une plus grande chaleur dans la relation. Cependant, tout le monde n’est pas à l’aise avec, ou n’a pas un endroit adéquat pour l’activer. Si vous voulez que les participants ne soient pas pris au dépourvu et se prépare à l’idée il faut leur en parler dans l’invitation. Je mets systématiquement une phrase comme celle-ci :

 Idéalement j’aimerai que tu allumes ta caméra, en effet les échanges et la synchronisation sont bien plus chaleureux et efficaces avec (pense à te brosser les dents du coup 😉 ).

Bien prévenir, pour que chacun puisse se préparer correctement.

L’accueil

Le démarrage et l’accueil des participants sont deux moments clés pour créer l’ambiance de la suite.

Avez-vous déjà vécu ce moment : vous vous connectez à une visio ou tous les participants sont silencieux, vous vous demandez ce que vous devez faire et vous lancez un timide « bonjour » qui résonne pendant plusieurs secondes. C’est un peu comme si vous vous rendiez à une réunion ou personne ne parlait dans la salle et ou tout le monde évitait votre regard. Malaise…

En tant qu’animateur j’essaie d’éviter ce malaise aux participants : j’arrive autant que possible quelques minutes avant et lorsqu’un participant se connecte je l’accueille par son nom. J’essaie de meubler l’espace pour que les participants aient l’impression d’arriver dans un endroit vivant. Si je connais les participants je trouve un mot à leur dire, si ce n’est pas le cas je fais connaissance : « d’où est-ce que tu te connectes ? », « comment as-tu pris connaissance de l’atelier ? », « qu’est-ce que tu fais dans la vie? » … Et je fais attention de ne pas rentrer trop dans une discussion un à un pour accueillir au fur et à mesure les nouveaux arrivants. C’est important : la personne se sent accueillie et cela me permet également de vérifier que la personne m’entend bien et que son micro fonctionne.

Favoriser la gestuelle

Si le groupe est assez important (plus de huit personnes) j’aime bien démarrer en leur proposant des techniques d’animation gestuelle. Pour cela je leur diffuse juste une image comme celle-ci en leur présentant quelques gestes de bases :

Extrait du super ebook du Worklab.

Chaque fois que j’ai diffusé l’image au début j’ai eu beaucoup plus de feedback en cours de route (pouce en haut notamment) et des personnes qui levaient la main et attendait que je leur donne la parole pour intervenir plutôt que forcer la prise de parole en parlant plus fort. Certaines personnes sont plus introverties, il est très important de fournir un cadre pour les aider à intervenir et prendre la parole, chose plus délicate à distance.

Briser la glace

Vous avez certainement l’habitude des icebreakers. S’ils sont importants en présentiel, ils le sont d’autant plus à distance pour augmenter la part « d’humanité » du moment. Je vous propose mes quatre préférés :

  • Présentez-vous avec un objet. Les gens sont chez eux, profitons-en ! Donnez 30 secondes à tout le monde pour dénicher un objet qui le représente bien ou qui lui tient à cœur, puis chacun se présente en montrant son objet. J’ai découvert de belles choses grâce à cet exercice et des facettes inattendues. C’est un exercice idéal pour des gens qui ne se connaissent pas, mais cela renforce aussi les liens dans un groupe qui se connait.
  • Présentez-vous avec quelques images. J’amène les participants sur un tableau Miro ou Mural. Je les guide pour qu’ils créent tous un postit avec leur prénom. Puis je leur présente comment faire pour ajouter une image directement depuis l’outil et je montre l’exemple en ajoutant deux images : une à consonance plus pro et une plus perso. De même j’ai eu de belles surprises et des moments assez chouettes qui humanisent vraiment tous les participants :
  • Le mur des humeurs : je les amène sur un tableau virtuel ou l’image ci-dessous est préparée. Je leur demande de créer un postit avec leur prénom puis de le positionner sur le personnage qui leur correspond le mieux aujourd’hui. Enfin je fais un « tour d’écran » ou chacun se présente et explique le choix de son personnage. J’ai eu de beaux moments et des surprises via cet exercice très simple également !
  • Présentation en 1:1 : de même j’amène les participants sur un tableau virtuel et je leur fais créer un postit avec leur prénom. Puis, je leur demande de se répartir en binômes en déplaçant leur postit comme ci-dessous. Enfin je leur explique comment se déplacer dans une salle de sous-groupe tout seul pour se retrouver en binôme (ne fonctionne qu’avec Zoom) et je leur demande de se présenter l’un à l’autre et de répondre à tour de rôle à une question pour apprendre à se connaitre comme par exemple : « quel est le dernier truc chouette que tu as fait récemment ? », « qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu es confiné ? », … Je leur laisse 2 ou 3 minutes seulement pour cela, puis je les ramène en plénière.

L’intérêt de ces icebreakers est aussi de mettre en selle les participants et de les amener à découvrir les outils qu’ils vont utiliser par la suite en réalisant des tâches simples. On démarre ainsi tranquillement, sans pression, et je m’assure que tout le monde arrive à faire toutes les tâches demandées, sinon on attend et on aide celui qui bloque avec bienveillance.

Travailler son cadre visuel

La vidéo réduit drastiquement la qualité de la communication en enlevant une grosse part de non verbal très important lors des échanges. En tant que facilitateur de l’atelier j’essaie de travailler pour faire en sorte de l’enrichir :

  • Bien se positionner devant la webcam. Cela peut paraitre bête, mais je voie énormément de personnes dos à une fenêtre, des personnes dont on ne voie que le haut de la tête ou encore des personnes de coté car elles ont un double écran et ont mis la vidéo sur le deuxième…
  • Travailler la lumière pour être plus chaleureux et pour que l’on puisse mieux lire votre visage. C’est tout bête mais surtout si, comme moi, vous vous retrouvez dans une pièce mal éclairée cela change beaucoup la donne.
Avant / Après : je me suis créé un point lumineux pour être mieux vu et paraître moins blafard dans mon garage…
  • Évitez les arrières plans via Zoom & co… C’est cool et parfois marrant de mettre un fond aux couleurs de Ghibli ou un fond Lego, mais en pratique cela dégrade votre silhouette et vos gestes.

Et Après…

Voilà le cadre est bien posé et vos participants sont lancés plein d’énergie ! Dans le prochain épisode nous aborderons la phase suivante : comment la conserver et bien engager tout le monde ?

En attendant je suis très curieux de connaître vos astuces pour créer un cadre agréable à distance, n’hésitez pas à les partager !

Confinés mais formés : un retour d’expérience

Quand il y a un mois de ça, l’idée est apparue de transformer un cours sur l’agilité que je devais donner pour l’école Skema en cours distanciel, je dois avouer que l’idée ne m’a franchement pas emballé… Les étudiants sont un chouette public mais pas le plus facile : il est notamment plus difficiles d’avoir des interactions et de maintenir leur attention, que lors de formations professionnelles. Alors migrer un cours pour 44 étudiants ?

Choisir les bons outils

L’outil ne fait pas la pédagogie, mais dans le cas de la formation à distance avoir de bons outils va clairement participer à la qualité de la formation. Que ce soit pour le participant, pour qu’il se sente embarqué tout au long de la formation, que pour le formateur, si l’outil est simple et l’accompagne il sera plus détendu et plus à l’écoute des interactions plutôt que concentré sur la « technique ».

Pour ma part j’ai fait le choix de 3 outils principaux :

  • Zoom pour la vidéo. J’apprécie le fait de pouvoir avoir une mire des participants, le fait de pouvoir lever la main, le partage d’écran efficace, le fait de pouvoir streamer une vidéo et enfin surtout de pouvoir faire des groupes de travail et de pouvoir naviguer à l’intérieur des groupes.
  • Klaxoon pour tout ce qui est interaction globalement avec les participants. J’ai demandé aux participants de l’ouvrir à côté (onglet ou smartphone, tablette) et de le garder ouvert. J’en reparlerai plus bas mais vraiment Klaxoon est excellent pour garder le contact et pour pousser du contenu.
  • Draft pour les ateliers ou les participants sont libres de s’auto-organiser, de créer des boards par eux-même.

J’ai complété de temps en temps par un tout petit peu de framapad ou google docs pour de micro besoins (leur laisser créer des groupes par eux même par exemple ou produire un devoir évalué).

Avoir les bons outils et surtout se sentir à l’aise avec est pour moi indispensable pour que la formation se passe bien (un peu comme avoir une bonne salle bien équipée, pas surchauffée, peu bruyante dans un monde non confiné 🙂 ).

Varier les formats

Tout comme en présentiel il est très important de varier les formats utilisés, à la fois pour garder l’attention mais aussi pour permettre aux différentes formes d’intelligences de chacun d’être sollicitées. Voici une petite liste des différents formats que j’ai utilisés :

  • De la présentation classique, en suivant quelques slides d’un powerpoint, en faisant attention de limiter ces parties à quelques minutes.
  • De la présentation sur un tableau blanc, soit en partant d’un tableau blanc, soit en préparant quelques éléments de bases et en les ajoutant au fur et à mesure. Bonus les étudiants peuvent participer eux aussi, cela à notamment très bien fonctionné lorsque nous avons fait une storymap tous ensemble !
Un board préparé puis complété en live pour expliquer Kanban.
  • Des quizz très régulièrement (1 à 2 par demi-journée), même très basique, cela permet de s’assurer que l’on a bien été compris et cela favorise l’apprentissage par la répétition. Mention spéciale pour les « aventures » sous Klaxoon qui ont beaucoup plus. Ce mode permet d’introduire un peu de challenge dans les quizz en affichant en temps réel les résultats, idéal pour démarrer la matinée en se rappelant les éléments de la veille.
  • De l’exploration libre : je partage un document et/ou une courte vidéo que les participants regardent à leur rythme, puis je finis la séquence par une question qui permet aux participants de fixer ce qu’ils ont appris. Ce format est très intéressant car il permet d’explorer du matériel qui pourra resservir aux participants à posteriori. En terme de rythme je finis souvent par ce format, cela permet de finir plus tôt et de laisser le choix aux participants du moment où ils vont consommer le contenu.
  • Des ateliers en sous groupe : certains exercices s’adaptent bien à du virtuel. Par exemple « Au tableau » que la super Anne et le super Olivier ont migré sur draft. Ou encore faire des ateliers en groupe pour faire une storymap, développer un jeu avec Scratch…
  • Des interviews : durant la formation j’ai fait intervenir Alice pour nous présenter son rôle de ScrumMaster, Moïra le métier du coaching et Florence son rôle de Product Owner (merci infiniment à toutes les trois ! ). Les étudiants posaient des questions via Klaxoon et je relayais celles-ci. Les trois interviews ont beaucoup plus et j’ai eu de super retours, cela rend vraiment très concret les notions vues auparavant.
  • Produire un document : dans ce cadre la il s’agissait d’un devoir final évalué sur ce qu’ils souhaitaient améliorer dans leur entreprise en se servant du contenu du cours.

La formation distancielle m’a limité dans le choix de certains ateliers de groupe que je trouve très pédagogique, mais qui s’adapte mal à la distance. En contrepartie elle ouvre de nombreuses autres possibilités, c’est l’occasion d’être créatif et de tester de nouveaux formats !

Expérimenter d’autres interactions

Le plus gros challenge, à mes yeux, a été de créer un cadre pour stimuler l’interaction. Déjà en salle, stimuler de l’interaction dans un grand groupe n’est pas toujours facile, là à distance, avec 44 participants qui ont pour habitude de ne pas activer la vidéo… autant vous dire qu’au début je me suis senti un tout petit peu seul.

Ce qui n’a pas fonctionné :

  • Moi : « Vous en pensez quoi ? »
  • Le reste du monde : « … »
  • Moi : « … »

Ce qui fonctionne mieux : varier les formats d’interactions tant sur les outils que sur la forme (en sous-groupe, en 1:1) :

  • Utiliser le chat, aussi bien sur Klaxoon que sur Zoom. Exemple avec un ice-breaker pour lancer la discussion et attendre tout le monde le matin :
  • Poser des questions simples régulièrement :
Question « Notation » sur Klaxoon
Question « Storm » sur Klaxoon avec résultat en nuage de mot
Question « Oui/non » sur Klaxoon

Et les impliquer tout du long sur le format du cours :

Question « Storm » avec résultat en liste
Et bien sur faire des rétrospectives ! (ici avec un « Brainstorm » klaxoon)

En résumé, avoir de l’interaction qualitative « classique » est plus compliqué (je pense que le nombre et le facteur générationnel a aussi joué). Par contre, en s’appuyant sur d’autres formes de feedback (même le chat zoom par exemple) on peut avoir beaucoup plus de feedback que d’habitude et j’ai été surpris de voir que tous se sont facilement appropriés les outils et ont vraiment joué le jeu pendant toute la formation.

Adapter la cadence au distanciel

Faire une formation à distance ce n’est pas juste porter une formation classique mais « à distance » on l’aura bien compris, cela vaut aussi pour le rythme. J’ai respecté les conseils que l’on a pu me donner et les feedbacks ont été positifs :

  • Faire globalement des journées plus courte (en laissant des compléments que chacun fera à son rythme et quand il le souhaite).
  • Ne pas faire plus de 15 minutes de top down (mais cela est aussi vrai sur une formation classique).
  • Faire des pauses régulières
  • Etre très clair sur les consignes et notamment sur les timing (Exemple : « il est 11h05 on se retrouve à 11h20 » et bien l’écrire)
  • Prendre le temps de bien inclure tout le monde, s’assurer que tout le monde soit bien connecté sur les différents outils et rassurer régulièrement !

Comment démarrer ?

Vous n’avez pas l’habitude de donner des formations en ligne, comme beaucoup de monde…

Je trouve qu’il est intéressant pour démarrer d’aller rencontrer ceux qui le font déjà depuis de nombreuses années. J’ai eu la chance de pouvoir poser pleins de questions à Frankie Geneviève (mille mercis à toi Frankie !) qui avait déjà une très grosse expérience sur ce type de format et j’ai suivi un super webinar par Jean-François Detout. Il y a beaucoup de contenus sur le thème du « Blended learning » (Futurelearn, Coursera, Edx, …). Le confinement est une opportunité pour se former et pour expérimenter de nouvelles choses.

Personnellement je trouve que l’expérience a été vraiment top et m’a fait clairement sortir de ma zone de confort pour le mieux. Le lien avec les étudiants s’est créé plus lentement, mais il a été malgré tout assez fort à ma grande surprise, j’ai eu plaisir à avoir de nombreux échanges avec eux.

Cela modifiera quoi qu’il arrive ce que je fais en présentiel pour incorporer de nouveaux formats, des compléments que je donnerai en plus…

Alors jetez-vous à l’eau, expérimentez … en restant chez vous.

Et pour finir un grand merci à Naya qui m’a poussé sur Klaxoon et des bisous à Olivier, Alice, Sam et à la tribu qui m’ont aidé sur le contenu du cours et qui ont fait de nombreux essais avec moi 🙂

Nouvelle session de la formation au Coaching d’équipe

Suite au succès de la première session qui a regroupé 8 personnes d’horizons différents (consultants, coachs agiles, scrum masters), nous organisons avec Loïc Delcros, une nouvelle session de formation au coaching d’équipe.

Cette formation sera organisée en 3 modules :

  • Du 11 au 13 Mars 2019 : les bases du coaching
  • Du 11 au 12 Avril 2019 : la cohésion d’équipe
  • Du 9 au 10 Mai 2019 : la co-construction.

Description de la formation :

Cette formation s’adresse aux managers et aux professionnels (consultants, agilistes) souhaitant accompagner les équipes dans leur montée en maturité collective.

La formation vise à :

  • Acquérir les bases du coaching : posture, écoute, questionnement…
  • Disposer des outils permettant de renforcer le niveau de cohésion d’une équipe
  • Se doter des moyens efficaces d’accompagner la co-construction d’un groupe ou d’une équipe

Pourquoi ?

A l’issue de la formation les participant(e)s seront capables :

  • d’adopter une posture basse permettant de faire émerger les solutions de leurs clients (équipes ou individus)
  • d’utiliser les outils de coaching pour renforcer la cohésion d’une équipe et lui permettre d’assurer son développement
  • de disposer des bases nécessaires pour poursuivre efficacement leur progression en tant que coach d’équipe.

Lire la suite

Formation Coaching d’équipe au sein de l’Agile Tribu

Nous organisons avec Loïc Delcros, une formation au coaching d’équipe.

Cette formation sera organisée en 3 modules :

  • du 1er au 3 octobre 2018 : les bases du coaching
  • les 6 et 7 novembre 2018 : la cohésion d’équipe
  • les 3 et 4 décembre 2018 : la co-construction.

Description de la formation :

Cette formation s’adresse aux managers et aux professionnels (consultants, agilistes) souhaitant accompagner les équipes dans leur montée en maturité collective.

La formation vise à :

  • Acquérir les bases du coaching : posture, écoute, questionnement…
  • Disposer des outils permettant de renforcer le niveau de cohésion d’une équipe
  • Se doter des moyens efficaces d’accompagner la co-construction d’un groupe ou d’une équipe

Pourquoi ?

A l’issue de la formation les participant(e)s seront capables :

  • d’adopter une posture basse permettant de faire émerger les solutions de leurs clients (équipes ou individus)
  • d’utiliser les outils de coaching pour renforcer la cohésion d’une équipe et lui permettre d’assurer son développement
  • de disposer des bases nécessaires pour poursuivre efficacement leur progression en tant que coach d’équipe.

Comment ?

Le dispositif consiste en 3 modules de formation conçus comme des coaching collectifs pour un groupe de 12 personnes maximum. Le groupe se retrouvera dans les locaux d’Agile Tribu pour partager et expérimenter des situations d’accompagnement individuel et d’équipe.

Pour qui ?

Le dispositif s’adresse à tout animateur de travaux en équipes : managers, spécialistes de l’agilité, consultants, coachs souhaitant se spécialiser dans le coaching d’équipe.

Quoi ?

Le contenu de la formation est détaillé dans le document ci-dessous. Chaque module est séparé du suivant par 4 semaines permettant de pratiquer l’intervision entre participants et de mettre en pratiques les enseignements sur le terrain.

Le programme Ici  : formation de coachs d’équipe

Pour vous inscrire ou obtenir de plus amples informations, merci de contacter Loïc Delcros.

 

Quelques mots sur Loïc :

loic_ DELCROSCoach professionnel certifié en coaching individuel et coaching d’équipe, Loïc est animé d’un esprit très pragmatique : positionner des objectifs clairs, précis, atteignables, agir concrètement pour les réaliser et mesurer le chemin parcouru après chaque mise en action.

Par ailleurs diplômé d’un DESS (Master 2) à Paris Dauphine, Loïc a passé les 20 premières années de sa vie professionnelle dans l’industrie informatique dont 8 ans en conseil en Management. Il a exercé des responsabilités managériales qui l’ont amené à gérer les carrières, développer les compétences et contribuer à l’accomplissement professionnel de ses collègues.

Cette solide expérience est un point d’appui fondamental pour sa pratique de coach. Loïc permet aux équipes de définir des modes de fonctionnement plus autonomes et à leurs membres d’exprimer leur potentiel tout en prenant plaisir à travailler ensemble.

Guitariste amateur, membre d’un orchestre de Jazz, Loïc également beaucoup appris de la musique, du jeu en groupe et de l’improvisation. Sa longue pratique et ses différentes expériences musicales lui ont enseigné l’écoute, le respect et la recherche de la synergie entre les personnes.

Sa mission est de permettre à ses clients et à leurs équipes de progresser en autonomie.

Chaîne de valeur pour l’entreprise et le Produit

Actuellement, l’agilité sur la création ou la gestion de Produits se concentre sur la valeur pour nos utilisateurs.

La valeur ?

La valeur se représente le plus généralement en :

  • Valeur monétaire :
    Quels sont les gains potentiels de cette fonctionnalité, si nous la réalisons ?
  • Valeur de gain de temps
    Comment pourrions-nous réduire le temps entre le paiement et la livraison ?
  • Valeur émotionnelle :
    Comment créer une relation durable avec nos clients ?
    Qu’est-ce qui permet à notre client d’être satisfait de notre application ?
  • Valeur de réputation :
    Comment faire pour communiquer sur nos succès ?

Les agilistes vont vous pousser à valider vos hypothèses :
Comment pouvons nous démontrer que nos utilisateurs utiliseront cette fonctionnalité ?

Ici, je présente un processus d’accompagnement traditionnel pour les coachs agile qui cible un Produit pas trop complexe avec une à deux équipes.

Alors comment gérer le passage à l’échelle ? Spotify, Safe, Nexus …

Spotify est souvent mis en avant comme l’exemple à suivre, mais de quoi parle ton ?
On parle du premier modèle qui a fait son succès avec les tribus, les chapitres et les guildes :

Screenshot-2017-11-16-spotify-engineering-culture-part1-jpeg-Image-JPEG-5000-×-2700-pixels1-1024x581

Cependant la réalité est différente :

  1. Spotify est un service suédois de streaming musical sous la forme d’un logiciel propriétaire et d’un site web. Donc votre organisation ou votre produit n’est pas Spotify.
  2. Spotify n’est plus sur ce modèle… (la version présenté en conférences à depuis bien évolué, Spotify ayant expérimenté et appris beaucoup de nouvelles choses).
  3. Spotify à l’Agile c’est comme Toyota au Lean : c’est avant tout une culture d’entreprise et le développement de leurs modèles de travail pour eux et utilisable chez eux.
  4. Spotify a aussi aplatis la pyramide managériales MAIS ensuite la re-créé en rapport à leurs besoins.

Tout ceci n’est pas nouveaux pour les connaisseurs, Je vous invite à lire cette article : Ne copiez pas le modèle Spotify .

Alors comment passer à l’échelle ?

J’aimerais vous faire réfléchir à un autre axe si vous souhaitez construire votre modèle comme Spotify, alors vous devez penser à votre entreprise comme un organisme vivant de grande taille avec des équipes qui se croisent, s’entrechoquent ou s’ignorent.  La transformation est donc organique et elle se structurera autour de la chaîne de valeur intrinsèque dans votre organisation.

Comment travailler ses Chaînes de valeurs ?

Il faut apprendre à écouter son organisation, redécouvrir les cellules qui l’a font vivre.
Ensuite vous devez faire confiance à ses organes, les consultants sont bons pour aider mais se sont vos collaborateurs qui font la richesse de votre organisation et son avenir.

À la tribu, nous avons co-créé un atelier de prise de conscience et d’acculturation pour vous aider dans vos organisations à démarrer une démarche « chaînes de valeurs » : http://www.agiletribu.com/contenu.html?uid=atelier-poupee-lego

ChaineDeValeurDansLEntreprise

Notre proposition est de réaliser cet atelier dans votre organisation et ensuite de vous accompagner dans une démarche de co-création et co-apprenance pour permettre de mettre en place :

  • vos chaînes de valeurs
  • une organisation organique et mobile avec des équipes BizSecDevOps : équipe représentante l’ensemble des acteurs d’une chaîne de valeurs
  • un recrutement par les pères et de la formation pour vos équipes par les membres de votre organisation
  • la gestion du bien être du collaborateur au sein de sa chaîne
  • une vision Permagile de votre organisation.

L’Agile Tribu est là pour vous aider à transformer votre organisation vers une organisation apprenante, responsable, proche de ses valeurs et de sa vision.

Contactez-nous : contact@agiletribu.com

Designer une session collaborative Formation-action intra ‘Agile Tribu’

Nous organisons avec Elise Minguet, une première formation sur « Designer une session collaborative ».

Cette formation sera sur deux demie-Journée : Après-midi du 6 juin et l’après-midi du 27 juin 2018 14:00-18:00.

Description de la formation :

Ford disait : « Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite. »

Un groupe, une équipe, un collectif c’est un système vivant. Il se construit, il s’entretient, il s’anime dans un temps défini par une situation : une journée collaborative, un séminaire d’entreprise, une vie d’équipe…

L’objet de cette formation est de permettre à tout acteur du changement ayant déjà pratiqué l’accompagnement d’équipe de théoriser sa pratique et pratiquer la théorie pour mettre de la puissance dans ses interventions.

Pourquoi ?

A l’issue de la formation les participant.e.s seront capables de :

– Identifier et adresser les dynamiques d’une équipe lors d’une session collaborative, une formation-action…

– Comprendre le cycle de développement d’une équipe sur une journée, sur un projet, sur un moment de vie d’équipe

– Poser les facteurs clés de succès de leur prochaine animation

Comment ?

Le dispositif consiste en 2 demi-journées de formation-action pour un groupe de 12 personnes maximum. Le groupe se retrouvera dans les locaux d’Agile Tribu pour se former et expérimenter des situations liées à l’accompagnement d’équipe.

Pour qui ?

Le dispositif s’adresse à tout acteur du changement ayant déjà pratiqué l’accompagnement d’équipe, agile ou pas, IT ou pas…

Quoi ?

Le contenu de la formation ci-dessous se déroulera sur 2 demi-journées. Cela permettra aux participants d’expérimenter et de travailler entre les sessions.

Le programme Ici  Design de session_Agile tribu

Inscrivez vous sur YourPlan

 

Quelques mots sur Elise :

Elise a travaillé pendant plus de 10 ans dans des grandes entreprises du secteur tertiaire et public.
Tout d’abord au sein de fonctions marketing, puis elle a évolué vers un rôle de consultante en système d’information, principalement sur les processus et l’organisation.
Elle a pu ainsi monter en compétence sur l’agilité, le design thinking, l’intrapreunariat et la facilitation de sessions collaboratives.
Depuis 4 ans, Elise alterne, en intégrant l’agilité, les missions de coaching, facilitation et formation.

Bien débuter en Agile

Voici quelques liens pour commencer seul :

Le site de mountaingoatsoftware avec l’intro sur Scrum : des présentations de Scrum en ppt dans toutes les langues :
https://www.mountaingoatsoftware.com/presentations/an-introduction-to-scrum

scrumlargelabelled

 

En livre :

Le livre de Scrum par Claude Aubry : Amazon  et son blog http://www.aubryconseil.com/

Le livre de Laurent Morisseau Kanban pour l’IT pour les produits multi tickets en mode Kanban : Amazon son site www.morisseauconsulting.com

Pour les User Story (stories) :

Le guide Scrum pour préparer la certification Scrum PSM 1

2016 en anglais must pour la certification :
http://www.scrumguides.org/docs/scrumguide/v2016/2016-Scrum-Guide-US.pdf

2013 en Français pour mieux apprendre :
http://www.scrumguides.org/docs/scrumguide/v1/Scrum-Guide-FR.pdf

Passer une certification

Avec Scrum.org passez la certification en ligne de Scrum Master niveau 1 ( Professional Scrum Master™ ) avec le Scrum Guide environ 150$ :
https://www.scrum.org/Assessments/Professional-Scrum-Master-Assessments/PSM-I-Assessment

Utilisez sans modération le ScrumOpen qui est un examen blanc gratuit, sinon j’aide à préparer sur deux jours la certification.

Ou sinon avec la ScrumAlliance et ses formations certifiantes, je vous recommande l’un de ses deux formateurs :

Avec les formateurs d’Agile Tribu

Nous pouvons venir vous former avec votre équipe avec des formations adaptées à vos besoins, contactez-moi : yannick.ameur@gmail.com

Ou encore prenez une demie-journée pour un CUBE

Inscrivez vous sur Paris ou en régions aux Cubes :
http://1cube-and-go.com
Nous pouvons aussi les donner chez vous à partir de 5 personnes.

La tribu fait deux Cubes le Jeudi 26/01

Oyé Oyé

Agile Tribu fait son 2ème et 3ème Cubes : Prioriser, estimer et planifier et Expliquer l’agilité dans mon entreprise

le Jeudi 26 janvier 2017

logo_1cubego_officiel

Cube Après-midi : Expliquer l’agilité dans mon entreprise

Depuis plusieurs jours, semaines ou mois, vous entendez des personnes de votre entreprise dire qu’il faut passer à l’Agilité.

Vous entendez des : « Agile c’est quand tu collabores pour réaliser des user stories grâce au Scrum Master », « Tu es agile, tu mets des post-it au mur, et tu fais des points courts quotidiens » ou encore « Agile c’est un truc de dev, c’est pour qu’ils arrêtent la spec’ ! »…

Deux possibilités : vous ne savez pas exactement ce que c’est et vous aimeriez bien qu’on vous éclaire sur ce qu’est réellement l’agilité ou bien vous connaissez le sujet par cœur mais ne savez pas comment bien l’expliquer aux acteurs de votre projet.

Comment expliquer la démarche à mon équipe de développement sans qu’elle ne prenne peur ? A mon manager pour qu’il se sente impliqué ? A mon métier pour qu’il se sente rassuré ? A mon client pour qu’il se sente valorisé ?

Cube matin : Prioriser, estimer et planifier

De responsable métier avec son cahier des charges à Product Owner avec son backlog produit, prioriser est probablement un des sujets les plus délicats.


Estimer la valeur, le contentement client ou l’effort, tous ces critères sont indispensables pour faire une bonne priorisation et satisfaire tout le monde.


Vous testerez plusieurs techniques de priorisation, d’estimation et de planification. A pratiquer seul ou en équipe, de basique à complexe, il y aura des pratiques pour tous les goûts.

Venez prioriser, c’est une priorité !

Vos hôtes : Nathaniel Richand, Jean-Claude Grosjean et Yannick Ameur.

Rendez-vous chez nous au 4 ter passage de la main d’or 75011 Paris de 8:45 à 12:30
Métro Ledru-Rollin

Tarif : 216 € TTC / cube
Inscriptions à la Billetterie :